La touche « Sync »

 

Dans cette période d'évolution et de transformation de notre métier où la technologie ne cesse de s'introduire dans les matériels de mix, nous sommes confrontés  à de nouvelles fonctions toujours plus futuristes les unes que les autres, et dans un seul but :  faire évoluer notre manière de mixer.

La fonction la plus controversée qui a fait couler beaucoup d'encre ces dernières années est l'arrivée sur nos platines de la fameuse  touche "SYNC". Ce grand débat alimente les forums de discussions dans des échanges musclés entre Pro-sync et Dj old-school.

Je ne vais pas relancer le débat dans cette article, déjà beaucoup ont été écrit à ce sujet. Je vais plutôt essayé de savoir quels sont les avantages et inconvénients de l'utilisation de l'Auto-Sync.

Qu'est-ce que le beatmatching?

Le calage tempo, dont l'anglicisme beatmatching est plus explicite, est une technique de mixage audio étroitement liée au fondu enchaîné. Il s'agit d'une technique permettant d'enchaîner des morceaux de musique généralement technohouse ou trance (mais également rap ou R'n'B : il suffit que le rythme soit suffisamment marqué) en gardant un même tempo (appelé BPM pour « beats per minute », soit le nombre de « battements par minute » pour garder l'analogie cardiaque).

Cette technique de mix peut être utilisée par tout DJ disposant de platines (vinylesCD ou tout support audio) dont la vitesse de lecture moyenne peut être modifiée grâce à une fonction appelée pitch.

D'une manière générale, l'objectif du DJ est de passer d'un morceau A à un morceau B, sachant que le tempo du second devra être ajusté pour être identique au premier. En effet la diffusion simultanée de deux morceaux qui ont des tempo différents se traduit vite par une cacophonie.

Le DJ doit donc régler le tempo du morceau B (morceau entrant) afin qu'il soit le plus proche possible du tempo du morceau A (morceau sortant). Pour simplifier, il écoute le morceau B seul dans son casque et compare « à l'oreille » avec le morceau A diffusé dans la salle, en modifiant sa vitesse de lecture pour synchroniser.

Lorsqu'il a vérifié que la synchronisation perdurait suffisamment (au moins plusieurs dizaines de secondes), il peut remettre le morceau B depuis le début (en gardant le réglage de tempo) et utiliser sa table de mixage pour faire apparaître le morceau entrant puis disparaître le morceau sortant de manière élégante.

Cette discipline requiert donc de connaître parfaitement les morceaux joués, l'enchaînement de leurs phases (intro, montée, refrain, bridge, break) afin d'assurer des transitions.

 

L'Auto-Sync

Des logiciels et des outils permettent aujourd'hui d'effectuer le beatmaching

automatiquement avec plus ou moins de réussite en fonction des musiques et de l'analyse des morceaux, dans ce cas on parlera plutôt beatmapping. Cette technologie utilise des grilles de battements sur les temps forts des morceaux, après analyse, et les positionne l'une avec l'autre afin d'être en phase.

 

Avantages de l'Auto-Sync

Vous pouvez faire correspondre les tempos avec précision et instantanément et passer plus de temps à faire d'autres choses qui ont beaucoup plus de pertinence lors vosprestations et laisser plus de temps à la créativité. De plus, La mise en phase automatique permet également de superposer plusieurs pistes à la fois, un exploit que peu de DJ maîtrisent dans le domaine analogique. L'arrivé du Sync connait également, aujourd'hui, une mini-révolution avec l'interaction des logiciels de productions et hardwares numériques par l'intermédiaire de la fonction LINK  (rewire) qui ouvre une porte sans limite à la créativité et l'imagination, permettant d'explorer de nouveaux procédés de mix et d'enrichir ses sets comme jamais.

 

Inconvénients de l'Auto-Sync

Le plus gros problème avec le fait de permettre à un programme de garder vos chansons en phase pour vous est que les algorithmes logiciels sont trop primitifs. Il faudra beaucoup de puissance de traitement pour se rapprocher de la puissance de l'oreille humaine dans un rythme de discernement. Je m'explique : Les logiciels analysent vos morceaux selon un algorithme défini constant et l'applique pour chaque musique. Or, chaque style est différent dans sa grille rythmique. Prenons l'exemple de la musique Funk, qui à l'époque était enregistré en plusieurs phases. On enregistrait séparément chaque instrument et le numérique n'existait pas. Le tempo d'une musique Funk n'est pas forcément constant. L'algorithme ne s'en soucis pas, il défini un tempo à partir des premières mesures et l'applique tout au long du morceau. Conséquences : Votre grille rythmique est erroné et ne pourra vous donner une synchronisation tempo satisfaisante. Il en est de même pour d'autres styles où la machine ne peut se substituer à la performance d'une oreille humaine.

 

Conclusion

On ne peut pas dire que la synchronisation automatique soit une mauvaise chose. Elle apporte un nouveau regard et ouvre une nouvelle direction dans la créativité des Sets de DJ. Cette technologie va certainement évoluer et devenir plus performante dans l'avenir. Un grand pas à été franchi dans l'évolution du Djing, laissons le temps faire et profitons de ce que l'on nous offre pour développer notre métier de Dj et accroitre notre créativité.

Bien que l'on nous propose du matériel toujours plus performant, chacun peut l'utiliser selon son envie, mais pour le moment aucune technologie de Mix n'égalera le potentiel de l'oreille humaine et ne remplacera pas ce qui fait un vrai DJ : sa culture musicale et son ressenti face à son public.

N'hésitez pas à partager cet article avec vos amis qui seraient intéressés par le sujet.

Laisser vos commentaires en bas de la page. Musicalement, Olivier K-MAZ

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.